L'Analyse

transactionnelle

ERICBERNE.jpg

Animé par le désir de rendre la psychologie accessible à un large public, le psychiatre américain Éric Berne, développa en 1956 sa propre conception de l'analyse. S'inspirant notamment des travaux du psychanalyste Federn à qui l'on doit le concept d'état du « moi ». Éric Berne propose une théorie originale de la personnalité et de la communication. Il met l'accent sur la responsabilité de la personne, à la fois dans la mise en place de son histoire et dans sa capacité à changer. En postulant la nature fondamentalement positive de l'homme, il s'intègre au courant humaniste.

Le principal objectif de l’AT est la recherche de l’autonomie, au sens Bernien du terme :  promouvoir la conscience de soi comme la faculté d’éprouver la réalité à notre manière propre et non à celle qui nous fut enseignée. La spontanéité qui est la faculté de choisir et d’exprimer librement ses propres sentiments, des sentiments authentiques. L’intimité qui est la capacité à une sincérité spontanée, une authenticité débarrassée des jeux psychologiques, sans manipulation.

L’AT se base sur l’analyse des évènements que vit la personne ou qu’elle a vécu avec une grille de lecture qui se base autant sur l’analyse des transactions qui est l’unité de communication que sur le dialogue interne, ce qui se joue de façon relationnelle avec les autres, notre rapport aux autres, au monde et à nous même. L’objectif de l’AT se centre sur la manière dont notre passé déforme nos relations dans l’ici et maintenant et comment cela limite notre lien au monde et à nous-même.

En savoir +